Suicidaire ?

Forum de libre expression sur le suicide
Nous sommes le Ven 16 Nov 2018 21:57

Heures au format UTC




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 77 messages ]  Aller à la page Précédente  1 ... 4, 5, 6, 7, 8  Suivante
Auteur Message
 Sujet du message: Re: Histoires courtes.
MessagePosté: Mer 11 Juin 2014 10:24 
Hors ligne

Inscription: Dim 25 Mai 2014 09:21
Messages: 1378
Le professeur Faustino etait chargé de reconstituer le crime, entouré d'élèves de quatrieme année auquels il avait demandé de ne toucher "qu'avec les yeux" avec menaces a l'appui. Il releva les dessins des enfants pour les deposer sur un pupitre du laboratoire...Son regard s'arreta une seconde sur un croquis et il leva un sourcil offusqué.
-Mhmmm...Monsieur Fabergé...
-Oui professeur Faustino? Dit un élève tout maigre avec une dentition de cheval.
-Combien de fois je vous ai dit de ne pas caricaturer les cadavres des scènes de crimes?
-Heu...le prof d'art nous a dis de nous entrainer professeur.
-Ais-je la tronche d'un amateur d'humour satyrique monsieur Fabergé?
Pendant une secondes, le gamin hésita avant de conclure:
-Non professeur.
Faustino le toisa de l'air du requin qui se rejouis que le pêcheur en haute mer l'ai pris pour une ablette.
-Vous me copierez 100 fois "je ne laisserais pas de silence lourd de sens quand le professeur Faustino qui enseigne a l'école des assassins me fait une remarque parfaitement justifiée sur ma nette tendance a vouloir epater la galerie." Et, ajouta t'il, je prefere vous prévenir que je lirai en totalité votre punition juste au cas ou il vous viendrais l'idée de glisser une petite phrase amusante de votre cru en esperant vainement qu'elle passera inaperçue...Ceci etant dis...reprenons...Ah oui au fait: vous pouvez ajouter un zero a votre moyenne bien entendu...continuons...


Rapporter le message
Haut
 Profil  
Répondre en citant le message  
 Sujet du message: Re: Histoires courtes.
MessagePosté: Mer 11 Juin 2014 11:39 
Hors ligne

Inscription: Dim 25 Mai 2014 09:21
Messages: 1378
D'un ton docte, Faustino commença la description:
-Bon, tous d'abord nous remarquons que la victime arbore un rictus de souffrancequi confirme que la mort n'a pas été immediate...l'arme du crime se trouvant dans l'evier on peux supposer que le meurtrier a tenu a s'assurer du trepas...donc il devait certainement se tenir a l'endroit que j'occupe actuellement pour la bonne raison que la victime a certainement du fixer son...(il voulu utiliser le terme assassin mais chercha un autre synonime pour ne pas salir l'image de sa profession) meurtrier...Le verre qui contenais le poison a certainement été récupéré par lui apres ingestion...Ou "elle" puisque le meurtre par empoisonnement est surtout privilégié des femmes...mademoiselle Trumeaux vous me copierez 100 fois "je ne bavarderais plus avec mes voisines en cours d'analyse de scènes d'assassinat tant que le professeur Faustino qui enseigne a l'ecole des assassins ne me donne pas l'autorisation de le faire"...100 fois, Donc si le tueur ou la tueuse a pris le temps de recuperer le verre et de le mettre dans l'evier, nous pouvons nous interroger sur....Il laissa sa phrase en suspend pour ne pas macher le travail des apprentis.
Une jeune fille blonde leva la main.
-Mademoiselle Carlyle?
-Pourquoi ne pas l'avoir nettoyé ou emporté...tenta t'elle.
-Exact. Confirma Faustino...de plus j'aimerais votre avis sur un mobile potentiel...
-Heu...la raison du meurtre?
La raison du meurtre oui...nous vous ecoutons.
-C'est peut etre dû a sa fonction.
-Continuez, encouragea l'enseignant.
-Pourquoi tuer un legiste...l'empêcher de travailler...donc de determiner la cause d'un meurtre...
-Mais...intervint a nouveau Faustino.
-Mais heu...il n'y a pas eu d'autre meurtre.
-Donc?
-Donc...ben...il risque d'y en avoir un autre...
-Pas mal mademoiselle Carlyle...Pas mal, mqis evidemment il faudrait etre sûr qu'on l'a éliminé pour cette raison...quelqu'un a une autre hypothese?
-Crime passionnel? Dit un jeune homme.
-Je vous serait gré de lever la main monsieur Farish avant de vous exprimer...mais cela est néanmoins pertinent...pourquoi?
-Le poison Monsieur...utilisé plus souvent par les femmes.
-Vous deduisez donc que c'est passionnel parce que vous partez de l'hypothese qu'une femme l'a empoisonné?
-Oui monsieur...
-Quel est votre moyenne générale Monsieur Parish?
-Heu...12,5 monsieur.
-Parfait...par conséquent je peux partir du principe que c'est ce qu'un assassin moyen pensera...donc il est possible que le meurtrier ai volontairement utilisé une methode feminine pour brouiller les cartes...qu'en pensez vous mademoiselle Carlyle?
-Possible...mais personnellement je pense que c'est un homme.
-Et pourquoi?
-Il l'a regardé mourir, or vu sa tronch...son visage il a souffert atrocement ça n'a pas du etre facile d'assister a ça.
-Mademoiselle Carlyle...ne sous estimez jamais la cruauté d'une femme...surtout si elle est mariée.
Cette remarque jeta un froid dans l'assistance..pour une raison obscure, Faustino vantais souvent le cauchemar de l'homme marié...il partait parfois dans des monologues désabusés du style "pour les femmes le mariage est une croisiere ou il suffit de se laisser porter et pour l'homle c'est l'ancre qui l'entrainera a couler avec le navire qui sombre dans lew abysses glaçées de l'océan.. Les etudians grimacerent d'aprehension mais au soulagement général Faustino revint a ses moutons...du moins a la meute de loups etant ses etudiants plutot...


Rapporter le message
Haut
 Profil  
Répondre en citant le message  
 Sujet du message: Re: Histoires courtes.
MessagePosté: Mer 11 Juin 2014 12:24 
Hors ligne

Inscription: Dim 25 Mai 2014 09:21
Messages: 1378
Donc, continua t'il...Revenons a l'arme du crime, le professeur Divina a reconnu que le poison utilisé etais de l'arsenic pur...Le verre sera bien entendu soumis a des analyses qui confirmerons cet etat de fait car cette morue...pardon, le professeur Suspiria est une experte en la matiere pour ce qui est d'empoisonner le monde...
-C'est peut etre elle le coupable, tenta Parish.
-J'aimerais beaucoup que cette...femme, soupira t'il, soit la coupable afin de ne plus la voir errer en gloussant dans les couloirs...hélas, non ça n'est pas elle.
Plusieurs élèves hausserent les sourcils...Peu d'étres vivants avaient le courage de parler ouvertement de Suspiria en de tels termes au risque de se voir acheter une ferme avec un ranch, d'elever ses propres bêtes, de planter ses légumes lui-même, de payer des mercenaires pour surveiller le tout nuit et jour et juste au cas ou de se s'offrir kes services d'une demi douzaine de goûteurs kamikazes pour le restant de ses jours. (Brefs de toute façon car Suspiria trouvais toujour un moyen auquel on ne pensait pas jusqu'a ce qu'on se dise "oh merde" en sentant une terrible douleur a l'estomac...et quand c'etait l'estomac on pouvait s'estimer heureux...)

Faustino lui ne semblais pas craindre l'empoisonneuse...rien que pour cela il forçait le respect des élèves.
-Alors qui? Demanda t'il...a qui profite le meurtre?
Silence général...qui pouvais vouloir tuer un assassin légiste?
Faustino designa finalement Fabergé.
-Vous.
-Non!!! S'horrifia le gosse, c'est pas moi je vous jure!!!
-Ne soyez pas stupide...coupa lassement l'assassin, vousallez jouer la victime pour la reconstitution...Concierge, vous pouvez disposer du corps...
-Le disposer comment, interrogea le concierge.
-...Le sortir de la piece je voulais dire...
-Ah!!! Tres bien Monsieur.


Rapporter le message
Haut
 Profil  
Répondre en citant le message  
 Sujet du message: Re: Histoires courtes.
MessagePosté: Mer 11 Juin 2014 13:43 
Hors ligne

Inscription: Dim 25 Mai 2014 09:21
Messages: 1378
A la fin de la journée Elois regagna sa chambre, elle s'assura d'abord que le cheveu qu'elle avais mise sur l'espace de l'ouverture s'y trouvais toujours, puis elle ouvrit les trois verrous, composa son code sur le gros caden et enfin, essaya de relever la poignée de la porte afin de s'assurer que ça n'etais pas possible de la relever plus (si ça se produisait c'etais que quelqu'un etait entré.) Une fois entrée, elle contourna soigneusement la latte qui depassait et plus encore celle qui etait invisible mais réellement reliée a l'arbalete au dessus de son lit a baldaquin dont elle secoua les draps avec energie pour s'assurer qu'aucune araignée venimeuse, aiguille (ou du houx en periode de Noël) empoisonnée ne s'y tapissait traitreusement...Finalement elle enleva ses bottes en velours, sa tunique noire, fit ses ablutions au lavabo, enfila une nuisette (noire) et se coucha finalement avec un livre sur l'art de saisir les menaces sous entendues dans une conversation cordiale en politique economique. Au bout de vingts minutes elle ferma les yeux, avant de les rouvrir lentement pour poser l'ouvrage sur la table de nuit et souffler la chandelle...Elle entendit soudain que quelqu'un montais les marches du dortoir bruyamment...pas trop, mais même un son d'un niveau raisonnable passe pour bruyant dans une ecole d'assassin...Elois compris que la personne qui montais l'escalier du dortoir des filkes faisait expres de faire un peu de bruit pour etre discret...(car chez les assassins c'est le silence complet qui est mauvais signe)...Elle fit donc semblant de ne pas ronfler pour faire croire qu'elle dormais....Elle alla même jusqu'a avaler sa salive en silence.


Rapporter le message
Haut
 Profil  
Répondre en citant le message  
 Sujet du message: Re: Histoires courtes.
MessagePosté: Jeu 12 Juin 2014 09:44 
Hors ligne

Inscription: Dim 25 Mai 2014 09:21
Messages: 1378
Elois tendit l'oreille alors que le silence total etait revenu. Tres lentement elle glissa de son lit et colla son oreille a la porte. Elle entendis un bref murmure et les pas redescendirent vers l'etage du dessous. Elois se recoucha et colla a nouveau son oreille mais cette fois contre un tuyau de cuivre destiné au chauffage d'hiver.
Quelques années avant l'arrivée d'Elois dans cette chambre, un petit malin avait eu l'idée de detourner le systeme du raditeur de la chambre en tuyau acoustique donnant sur la salle des professeurs qui se trouvais a l'etage du dessous...Bien utile pour ne pas se farcir tout un cursus de revisions fastidieuses sur un sujet de contrôle ou de brevet qui ne constituait au final que 10% des leçons etudiées au cours de l'année. Elle reconnue les voix qui parlaient au dessous comme etant celle du professeur Faustino et de Suspiria Divina.
-Alors, Fausty...ça fait longtemps que tu ne m'as pas réveillée au millieu de la nuit...
-Oh hé tu vas pas commencer hein? C'est une grosse affaire...
-Encore un qui se vante...Le railla t'elle en gloussant.
-Ah Silvia merde c'est serieux!!! (Silvia??? S'etonna Elois, Divina s'appelais Silvia?)
-Quoi qu'est ce que tu me veux alors?
-Etre sûr d'une chose espece de femelle prédatrice en talons...
-Oh...Fausty, je t'en prie...a t'ecouter je suis l'Enfer incarné.
-Silvia...Si l'enfer existe tu es assise sur le trône pendant que le diable fait ses valises!
-Hi hi hi...Mon. pauvre Fausty...si tu etais aussi doué au lit que pour le cynisme on edifierais une obelisque avec une plaque gravée a ton nom...bon depeches toi j'ai sommeil.
-Ça ne prendra que cinq minutes.
-Oh oui...ça je me suis habituée.
-Ah merde! Tu ramene toujours tout au sexe! Il n'y a pas que ça dans la vie!!!
-Pas pour toi en tout cas...ça doit representer 5%...ou zero depuis quelques mois.
-Silvia...malgres les tortures que tu m'a fait subir quotidiennement durant mon existence de mâle, j'ai la faiblesse, j'ignore d'ou ça vient d'ailleurs, d'eprouver une minuscule etincelle d'inquietude pour ta face peinturlurée de fard et de rouge a levre qui m'on valu et me valent encore des cauchemars aujourd'hui...Pour le docteur Zephyr, est tu sûre de n'avoir rien a me dire?
-Fausty...j'ai deja dit que je n'y etait pour rien.
-Silvia...c'est ce que tu m'a repondue a chaque fois que tu vidais mon compte en banque pour te payer toutes ces robes qui te donnent l'air d'un canapé...
-Un mari doit s'occuper de sa femme...
Elois en resta totalement ébahie...Faustino etait marié???! Et...Avec Dame Suspiria??? Elle tenta desesperement de les imaginer ensemble mais son esprit refusa d'emboiter le carré qu'etais Fausino avec les rondeurs de l'empoisonneuse.


Rapporter le message
Haut
 Profil  
Répondre en citant le message  
 Sujet du message: Re: Histoires courtes.
MessagePosté: Jeu 12 Juin 2014 10:27 
Hors ligne

Inscription: Dim 25 Mai 2014 09:21
Messages: 1378
-Alors, insista t'il. Tu es sûre que tu n'as rien a me dire?
-L'arsenic qu'on a utilisé provenais de ma chambre.
-On te l'a volé?
-Oui...tu es en retard mon pauvre Fausty...j'ai deja signalé ça a Phileas.
-Et tu ne vois pas qui aurais pu entrer dans ta chambre...Enfin sans se contenter de profiter de "ta faiblesse pour la chose" je veux dire...
-Herbert Faustino...je te signale que je te suis restée fidele.
-Ben voyons...jusqu'a ce que...
-C'est la stricte verité Herb! Trancha t'elle...J'ai été avec des femmes mais pas d'autres hommes que toi!
-Ha ha ha je t'ai dégouté des mâles a ce point là?
-Et bien heu...non Fausty...En. fait...
-En fait quoi?
-Ça me manque...
Suivit un long silence, Elois aurais donné cher pour avoir un deuxieme tuyau pour servir de periscope.
-Vraiment??? S'etonna Faustino. Mais tu n'arretes pas de te ficher de moi sans arret.
-Parce que....J'aime quand tu es en colere...ça me met dans tout mes etats!
-Ah ben ça...c'est pour ça que tu me rend la vie infernale?
-Oh pas seulement...il y a ton argent aussi...mais oui.
-Alors met moi en colere.
-Oh Fausty...je sais pas. Heu comment?
-Je sais pas...ressort moi les horreurs que t'as dite ta mere sur moi.
-Comme quoi? Il y a tellement de choses...Heu...tu es incapable borné et insipide.
-Mwouais...ça je l'ai entendu des milliers de fois, ça me fait plus rien.
-Elle a dit que j'etais trop bien pour toi. Et que je gâchais ma vie avec toi.
-Quoi!? Mais elle s'est pas regardée avec le sac qui lui sert de mari.
-C'est de mon père que tu parle!
-Et alors? Toute sa vie a vivre aux crochet d'une vipere.. en parlant de crochet, ta mere fait un beau sac a poison elle aussi!
-Et toi tu t'es regardé espece d'abruti!? Ah t'as bien choisi ta voie tiens...tout dans le furtif! Même au plummard! Ma mere avait raison tiens! Elle avais du bon sens!
-Si ta mère avais du bon sens elle t'aurais noyée a ta naissance et vendu son lait a la crémerie du coin!
-Oh!!! Espece d'immonde salopard!
-Espece de mante religieuse pompeuse de fric!
-Pauvre balourd impuissant!
-Quoi??? Espece d'arpenteuse de bitûme des docks! Je me suis saigné aux quatres veines pour toi et....Silvia...on monte vite! Ça y es ma belle j'y suis!!!
-Ah mon Fausty vite!!! Fait moi rugir!
-Compte sur moi tigresse...je vais te faire imiter toute la faune et...

Elois s'empressa de decoller son oreille du tuyau de cuivre et pris meme le rique de mettre des boules quies pour dormir...juste au cas ou son imagination la suive dans ses rêves...Ce qui ne l'empêcha pas de frissoner en se couchant...Elle aprehendais la suite...Rien que d'imaginer devoir se tenir a nouveau devant ces deux la lui demanderai un talent d'acteur nominé au oscars pour avoir l'air normale.


Rapporter le message
Haut
 Profil  
Répondre en citant le message  
 Sujet du message: Re: Histoires courtes.
MessagePosté: Jeu 12 Juin 2014 20:01 
Hors ligne

Inscription: Dim 25 Mai 2014 09:21
Messages: 1378
A l'aube Elois s'eveilla doucement et entrepris de s'habiller dans le calme absolu de la petite chambre qu'elle occupai, elle senti que quelque chose clochait jusqu'a ce qu'elle se souvienne des bouchons qu'elle s'etais mise dans les oreilles. Une fois fait elle réalisa ce qu'elle avait entendue la nuit derniere.
Faustino et Suspiria etaient mari et femme...incroyable. Comment quelqu'un aurait pu seulement imaginer ça? Suspiria etait incroyablement belle...Faustino lui aurais rendu la joie de vivre au monstre de Frankenstein...en réalité il n'etait pas si laid...il aurais même pu etre acceptable si il n'etais pas si cynique et si il ne s'etait pas laissé aller physiquement pour sans doute faire ton sur ton avec le mental...Il donnais l'impression de toujours froler la depression...Mais cela expliquais beaucoup de choses...La maniere dont il parlait d'elle sans se soucier de represailles, son sang froid quand les autres assassins le chambraient sur son apparente absence de vie amoureuse. Leur couple fonctionnais d'une maniere etrange...on aurait dit que leur union reposait sur le manque de respect total qu'ils eprouvaient l'un pour l'qutre...comme si a force de se hair les emotions avaient ateint un tel paroxisme que se detester plus fort avait eu pour resultat un amour masochiste a son point le plus élevé.
Le truc c'etait que...pourquoi le cacher? Suspiria avait honte de son mari? Non c'etait idiot il ne se comportait pas comme un amant secret completement balourd qu'elle menait par le bout du nez...il semblait au contraire la connaitre parfaitement...de plus...et c'est ça qui etonnais vraiment Elois, c'est que c'etait elle qui avais l'air de lui courir apres.


Rapporter le message
Haut
 Profil  
Répondre en citant le message  
 Sujet du message: Re: Histoires courtes.
MessagePosté: Mer 16 Juil 2014 15:32 
Hors ligne

Inscription: Dim 25 Mai 2014 09:21
Messages: 1378
Tandis qu'elle rassemblait ses affaires pour se rendre dans la cour centrale ou les élèves pouvaient prendre un peu l'air avant d'aller dejeuner, elle repensa au cours qui l'atrendais dans une heure. Toujours dans ses pensées elle heurta Rémora dans le couloir, elle failli en faire tomber son sac mais le garçon le rattrappa au vol dans un geste fulgurant en disant dans un souffle:
-Ça a recommencé...Un autre meurtre.
-Qui?
-Leland Rex...le maître stratege.
-Le professeur Rex!? S'offusqua Elois, impossible...c'est un maître stratege...et magicien.
-C'etais. Precisa Remora d'un air grâve.
-Comment?
-Je n'ai pas les details...Tous le monde est convié dans la cour centrale...

Ils arriverent finalement sur les lieux, la totalité dela guilde etait présente, mis a part bien sûr les assassinsqui effectuaient un ou des contrats hors de la ville. Raphael rejoins Elois et Remora avec des yeux équarquillés en parlant a toute vitesse.
-Whooow....Rex s'est fait descendre! On l'a pendu par les pieds, glissé une lame sous la gorge et...couic!
-On l'a égorgé!?
-Ouais Elois...Mais heu...
-Quoi! Accouche!
-En fait...il y a pas de sang....on dirais qu'on l'a vidé comme une outre.
-Beuuuah...Emit la jeune filke avec une légère grimace de dégout....pas de sang.
Ici une petite explication s'impose, une personne qui tombe sur une scene de crime d'ou le sang est absent risque d'etre choquée mais sans plus, le sang etant un facteur déterminant pour declancher une réaction écœurée...ce qui est logique puisqu'une personne normale aurq tendance a s'identifier a la victime et non au meurtrier...Un assassin en revanche comprendra que si le sang est absent d'une scene de crime cela ouvre deux possibilités: 1: Le sang se trouve toujours a l'interieur de la victime. Ou 2: L'assassin en a disposé et l'a emmené avec lui....Ce qui laisse entrevoir une tâche particulierement peu ragoutabte...pour ne pas dire franchement dégueulasse...en fait si disons le.
Restait a savoir pourquoi l'avoir occis de cette maniere, il y avais tous de même des moyens plus simple d'oter la vie d'une personne que lui piquer tout son sang en ayant la delicatesse polie de ne pas tacher le carrelage...a moins d'avoir un autre eploi dans le même lieu et d'en etre le technicien de surface...ce qui etais peu probable.


Rapporter le message
Haut
 Profil  
Répondre en citant le message  
 Sujet du message: Re: Histoires courtes.
MessagePosté: Mar 13 Jan 2015 12:55 
Hors ligne

Inscription: Dim 25 Mai 2014 09:21
Messages: 1378
Philéas Xénon, l'air soucieux, se tenait au milieu de la cour pavée. Il s'entretenait avec Morganius Vertigo, le professeur de magie noire et directeur de la maison du Pentacle. Une fois les derniers élèves arrivés il se tourna vers l'assistance .
-Les cours du matin sont annulés. Annonça t'il d'une voix claire. Je vous demandes...(il s'interrompit deux secondes le temps de laisser passer les "ouaiiis!" étouffés mais parfaitement audibles des cancres de l'ecole) je vous demande donc de regagner les salles d'etudes dans le plus grand calme! Les cours reprendrons a quatorze heures.
Tandis que les élèves se dispersaient par petits groupes, le directeur se tourna a nouveau vers Morganius.
-Cela ressemble a un meurtre rituel...qu'en pensez vous?
Vertigo laissa un petit silence pour menager son effet.
-Non je ne pense pas. Un client...heu une victime je veux dire heu...empoisoné. Une autre égorgée...heu...
-Vous pensez que les deux sont liés? Coupa Philéas.
-Et bien heu....deux décés en deux jours...heu...cela me semble clair oui heu...
Le directeur attendit la suite puis il se souvint que Morganius Vertigo ponctuait sans cesse ses phrases de "heu", y compris pour finir ses phrases. Ce qui etait extremement destabilisant pour l'interlocuteur. On se surprenait facilement a attendre une suite qui ne viendrait pas. Si Vertigo avait été un instrument de torture il aurait été le supplice de la goutte.
-Alors si ça n'est pas un rituel...pourquoi?
-Heu...un professeur ambitieux peut etre heu...
Philéas fut sur le point de faire un commentaire mais le maitre magicien n'avait pas fini de parler (Lorsqu'il s'en aperçu Philéas se mordit violemment la langue tant le tic verbal de son collegue le mettait a cran)
-Heu...vous n'ignorez pas que l'assassinat de couloir est un moyen plutot efficace pour monter heu...rapidement en grade.
Xénon attendit le "heu" qui lui indiquerait que la phrase allait continuer mais visiblement Vertigo avait fini. Un leger tic nerveux de l'œil anima les traits du directeur mais il se reprit magnifiquement en faisant mine de se gratter la pommette et dit:
-Mais alors...il essaiera de...
-Oui. Il essaiera certainement de...heu, de vous tuer heu...aussi.
-Ben merde alors.


Rapporter le message
Haut
 Profil  
Répondre en citant le message  
 Sujet du message: Re: Histoires courtes.
MessagePosté: Mar 13 Jan 2015 13:36 
Hors ligne

Inscription: Dim 25 Mai 2014 09:21
Messages: 1378
Plus tard, en étude, Eloïs etait aux prises avec une autre étudiante: Violaine Vertigo, qui etait la fille du mage directeur de la maison du Pentacle. Pour situer le personnage il convient d'apporter une référence qu'on a tous rencontré dans le milieu scolaire: Violaine avait l'air d'un ange, blonde, des yeux bleus, un petit nez mignon retroussé...et a caractère a refroidir les obsessions sexuelles frénétiques d'un fox terrier sous viagra. Non contente d'etre une chipie de premier choix, en digne fille de son père elle avait une maniere de parler assez familiere encore aujourd'hui. Comprenez qu'elle rajoutait des voyelles partout. Le genre de fille qui aurait pu faire fortune en ecrivant un ouvrage sur la technique pour se faire detester en une seule phrase.
Mais continuer l'histoire sera plus precis.
Elois avait par maladresse (ou pas, avec certaines filles on ne sait jamais trop) renversé son encrier par terre qui avait un peu éclaboussé la robe (rose, forcément...) de Violaine qui sur le coup emit un "haaaannnn!!!!" aspiré qui aurait filé des sueurs froides a un doubleur de mangas japonais des années 80.
-Je vais le dire a la maitrêsseuh!
-Désolée, je te donnerais une des miennes pour...Tenta Elois, mais bien entendu c'etait peine perdue, Violaine ouvrit les yeux tellement grand que les ouvrir d'avantage relevait de l'exploit.
-Queoie?! Tes robes pourrieuh!? Je prefererais mourireuh!
-Ça peut s'arranger. Lui retorqua Elois d'un air malsain.
-Hhhaaaannnn!!!! Je vais parler de touaea! Au Directeureuh!
-Je pense qu'il a d'autres soucis en tête que de jouer les chiffonnier a deux ronds Violaine. Repondit calmement Elois.
-Ah ouaieuh!? Ben on verra bienheuh quand tu sera punieuh.
-Je serais toi Violaine je bougerais pas.
-Tu me menaceuh?! Si jamais tu m'toucheuh, ben mon père il te transformera en crapaud!
-En crapaud? Se moqua Elois. Quelle originalité...et bien vas y.
-Quouaea!?
-Vas y bouge.
Violaine reflechi deux secondes (reflechir plus l'aurait entrainé sur un territoire inconnu, donc forcément effrayant)
Elois etait une combattante exerimentée...et amie de Remora de surcrois. Elle observa le garçon une seconde et ressenti l'impression de regarder un nounours dans les yeux. Et bizarrement c'etait un regard que les pecheurs de requins blanc connaissaient bien. Finalement elle se ravisa. Non sans ajouter:
-ÇA, ça se paiera... Cracha t'elle.


Rapporter le message
Haut
 Profil  
Répondre en citant le message  
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 77 messages ]  Aller à la page Précédente  1 ... 4, 5, 6, 7, 8  Suivante

Heures au format UTC


Articles en relation
 Sujets   Auteur   Réponses   Vus   Dernier message 
Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Histoires...

[ Aller à la pageAller à la page: 1, 2, 3, 4, 5 ]

Tyler Durden.

44

2402

Jeu 22 Sep 2016 22:06

Tyler. Voir le dernier message

 


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité


Vous pouvez poster de nouveaux sujets
Vous pouvez répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages
Vous ne pouvez pas joindre des fichiers

Rechercher:
Aller à:  
cron
News News Plan de site Plan de site SitemapIndex SitemapIndex Flux RSS Flux RSS Liste des flux Liste des flux
Développé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction par phpBB-fr.com
phpBB SEO